LE REVEIL DU HIBOU

EXTRAIT

Allongé sur son banc, il rêvassait en regardant, les arbres au-dessus de lui. Le feuillage jouait à cache-cache avec le soleil. Il entendait des mésanges chanter, scrutait toutes les branches à la recherche des enchanteresses, sans réussir à déceler leur présence.

Alors il se laissa entraîner par la douce mélodie jusqu’au soir avant la fermeture des grilles. A 21h30, il se planqua derrière des buissons pour éviter le passage du gardien. La nuit tombait déjà. Les grands arbres rajoutaient à l’obscurité épaississant davantage l’impression lugubre des lieux. Il entendit la grande grille se refermer, le laissant seul mais en sécurité dans ce coin isolé du reste.

Le crépuscule envahit ce petit coin de verdure petit à petit. Surgit de nulle part, un hibou grand duc, vint se poser non loin de lui, sur une branche basse du cèdre du Liban à proximité. Sa tête montée sur roulement à billes scrutait attentivement la zone. Ses grands yeux ronds scintillaient à la lumière mélangée du soleil couchant donnant la réplique à la lune déjà présente au zénith.

Le hibou se tenait immobile et droit sur sa branche, il avait depuis longtemps repéré Jules sur son banc. Il ne pouvait être qu’inoffensif. Mais son œil perçant et parfaitement adapté à l’obscurité, cherchait quelques proies à se mettre dans le bec, un petit rongeur ferait parfaitement l’affaire…

De son poste d’observation, il guettait tous mouvements suspects.

Jules l’observait régulièrement depuis son banc, il prenait un réel plaisir à cette attraction surprise. La nuit était tombée depuis une petite demi-heure déjà, lorsque soudainement le bel oiseau de nuit se laissa tomber en planant silencieusement jusqu’au pied du mur d’enceinte du jardin, serres en avant, il ramassa un campagnol au passage avant de rejoindre son poste. Le pauvre campagnol ne fit que quelques bouchées.

VIDEO